Nous voilà arrivés en Bolivie !

Autant vous dire qu’avant le départ nous ne connaissions pas grand choses à ce pays, perché pour moitié dans les Andes, et pour l’autre dans le berceau amazonien. Nous pensions en connaître la capitale : La Paz, c’est en fait la ville de Sucre la capitale constitutionnelle !
Cependant nous en avons fait une étape indispensable au voyage car nous avions vu un petit bout de reportage sur le salar d’Uyuni qui nous avait donné une envie folle de découvrir ce lieu ! Alors en route…
Depuis le Chili un des moyens les plus simples est de passer par une agence, qui vous amènera à bon port grâce à leurs 4×4 puissants. En effet nous sommes à plus de 4000 mètres au dessus du niveau de la mer, et les pistes n’existent pas réellement à travers la montagne, de plus l’immensité prend ici tout son sens , les espaces se déroulent sous nos yeux sans jamais vouloir s’arrêter !

Hector sera donc notre guide pour ce périple de 3 jours entre 4 et 5000 mètres d’altitude. C’est un bolivien qui au premier abord paraît assez froid, il monte le volume de la musique quand on lui pose une question ! Mais après avoir fait connaissance et aidé par la bonne humeur de Riccardo (un italien qui nous accompagne) il finira par devenir drôle et sympathique, n’hésitant pas à nous faire quelques petites blagues ! Il nous a même fait le coup de la panne ( alors que nous passions une rivière !) ou encore fait semblant de s’endormir quand nous roulions dans le salar !
Riccardo, un de nos compagnons de route, lui aussi très sympathique, italien jusqu’au bout des ongles, parlant beaucoup (avec les mains), draguant toutes les célibataires qui nous accompagnent et vantant toujours son pays ! C’est bien connu l’Italie a la meilleure cuisine et les meilleurs vins au monde !
Nous traversons donc la région de Los Lipez entourés d’une fine équipe, accompagnés d’autres français en voyage avec qui nous passerons de bons moments. N’oublions pas que l’altitude a aussi pour vertu de décupler rapidement les effets de l’alcool, le petit verre de rouge bolivien le soir au refuge devient donc vite euphorisant !

La région est sublime, nous enchaînons les lagunes d’altitude, et là encore, même dans des paysages désertiques et montagneux la vie triomphe. La faune est riche, nous croiserons des renards, des oiseaux colorés, un gros lapin avec une queue d’écureuil et des moustaches de rat (dont nous avons déjà oublié le nom en quechua, une langue qui vous rend vite dyslexique!), des lamas toujours aussi fascinants, des flamands roses par miliers et même des autruches !

Au matin du troisième jour nous abordons le salar d’Uyuni. Là encore il est très compliqué de décrire les émotions qui nous envahissent, la beauté et la puissance du lieu nous transpercent. Les pieds dans l’eau gelée, du sel blanc et dur à perte de vue, parfois des montagnes à l’horizon, et une sensation de liberté, d’être seul au monde et en harmonie avec ce désert blanc.

On pourrait penser que rien ne pousse ni ne vit dans de telles conditions, mais là encore c’est une erreur puisque la magie de la géologie a fait place à quelques îles au milieu du désert.
L’île Incahuasi en est la parfaite illustration, au milieu de nulle part une colline sort du sel et les cactus ( les trichocereus) y ont élus domicile. Certains y mesurent plus de 10 mètres (alors qu’ils ne poussent en moyenne que de quelques centimètres par an!)

Un moment de pure magie, nous y verserons une petite larme ne pouvant contrôler ce flux insensé de beauté que nous offre le monde, ne pouvant contrôler la sensation d’avoir accompli un rêve et de pouvoir le vivre les yeux grands ouverts pour voir le plus beau lever de soleil de nos existences. Encore une fois hors du temps, hors des réalités mais pourtant ancrés dans le réel, le cœur bat fort, l’osmose entre nous et la nature est juste parfaite.

Il n’est pas toujours aisé de pouvoir vivre ou réaliser un de ses rêves, la volonté, l’envie, la passion, l’action ou la chance ne suffisent malheureusement pas toujours. La vie nous a offert une chance incroyable en ce petit matin, nous en sommes bien conscient, et joie du paradoxe d’un moment éphémère, il nous restera des images salvatrices pour une vie..

Pour une fois la bande son de l’article sera juste du silence, celui du désert de sel d’Uyuni, où à y regarder de plus près on peut entendre les cactus pousser …

🌈 Maureen et Vincent 🙏
🙏 ¡Ojos Abiertos!🙏

Sur nos itinéraires et nos coup de cœur :

– Région de Los Lipez : réserve nationale de faune Eduardo Avaroa avec les lagunes blanches, jaunes et vertes!
-La Laguna Colorada : pour son rouge et ses flamands roses par milliers !
-Le Salar d’Uyuni! Ses îles, son sel , et son soleil!

Une grosse pensée pour Riccardo, Nadia, Clément, Sébastien, Christian, Odile, Claudia, Julie, Romain, Alina et Damien ( désolé pour le Chifumi!) Bonne route à tous!

Publicités