Bonjour à tous !

Nous sommes arrivés au Québec et maintenant prêts au road-trip Nord américain ! D’où le retard de la mise en ligne de cet article pour le récapitulatif de l’amérique du Sud.

Merci à tous de vous êtes prêtés au jeu des questions réponses ! Nous avons essayé de les regrouper par thème et tenter d’y répondre !

En bonus quelques petites photos inédites pour parsemer l’article !!

Questions sur ce qui nous a le plus touché niveau paysage et contact humain, et pour quel pays nous quitterions la France?

-Vincent : Au niveau paysage, je dirais la Bolivie et le salar d’Uyuni sans hésiter, un truc vraiment incroyable, mais aussi les Galapagos, le désert d’Atacama, la cordillère blanche au Pérou… Au niveau contact humain, la Bolivie aussi, et tous les pays qu’on a traversés tellement le dialogue est facile ! Et je pense pouvoir quitter la France pour la Bolivie, le Chili, le Pérou.. mais il faudrait un beau projet derrière

-Maureen : la Bolivie pour le salar d’Uyuni et le désert Los lipez, les boliviens sont un peu rudes au 1er contact car pas vraiment habitués aux touristes mais quand le contact se fait ils sont vraiment généreux et accueillants.

Quitter la France pour un pays d’amerique du Sud et y vivre pas sûr ! En voyage c’est top, y rester pour vivre c’est autre chose … !! Je dirais quand même le Chili (avec en effet un projet solide derrière !) mais les paysages, les habitants, les infrastructures et le niveau de vie en font un pays où je pourrais facilement m’installer.

Et les rencontres? Les contacts avec les locaux? 

-Maureen : les rencontres avec les locaux ont été un peu difficiles pour moi au début du voyage (barrière de la langue oblige ! Malgré quelques cours bien utiles pour acquérir les bases de l’espagnol, je n’étais vraiment pas aussi à l’aise à l’oral que l’était Vincent !). Du coup en Argentine et au Chili j’ai très peu communiqué directement avec les locaux, seulement par l’intermediaire de Vincent. Après quelques semaines à baragouiner de l’espagnol je me suis sentie plus à l’aise et mieux comprise en Bolivie, Pérou et Equateur ! Du coup c’était beaucoup plus intéressant dans le contact humain (ex : vendeuses des étals de marché – j’ai appris à négocier un peu les prix!- et discuter : surtout pour découvrir tout ces fruits, légumes et artisanats inconnus par chez nous !)

Nous avons aussi fait de belles rencontres avec d’autres backpackers français qui resterons des amis au delà de notre voyage autour des continents …

-Vincent : Effectivement pleins de belles rencontres avec les locaux , qui vous accueillent à bras ouverts partout! C’est facile quand on est allé 10 ans tous les étés en Espagne ! Par exemple la gentillesse des argentins et leurs promptitude à vous offrir un maté, la force tranquille de Carlos lors de l’ascension du 6000m, le sourire de Maria qui nous a pris en stop…. D’autres belles rencontres aussi avec des voyageurs, le sac à dos rapproche vite… Damien et Alina avec qui on a fait un bout de route, les Suisses (et une belle soirée arrosée au Chili!), toute la clique internationale du Salar, et pleins d’autres backpackeurs (à l’image d’Estelle et Alex 🙂 ) !

Et qu’est ce qui vous a le plus manqué  ? 

-Vincent : la famille, les amis … et mes instruments de musiques !! Même si ça a été l’occasion de belles rencontres et de quelques bœufs sympa !

-Maureen : je dirais comme Vincent aussi pour faire dans l’original ! Famille et amis bien sûr ! Une bonne bouffe autour d’un bon verre de rouge ça me manque !

L’habitude dont vous ne pensiez pas pouvoir vous passer et qui est passée le plus vite? 

-Vincent: Mes toilettes!

-Maureen : la douche tous les jours ! On revoit sa définition du « être propre » !!!

 Et des moments de blues? Le mal du pays?

-Vincent : Franchement non! Il y a des moments de stress, quand c’est parfois compliqué dans les transports mais pas de mal du pays, c’est tellement plaisant de voir et de découvrir du nouveau tous les jours!

-Maureen : en effet pas vraiment de moment de mal du pays, plutôt des moments de remise en question qui arrivent quand tu te retrouves seul (même si on est à deux, au final on vit aussi une expérience face à soi-même !). Les moments de stress aussi quand tu ne sais pas où tu vas dormir le soir même (ça c’était au début du voyage ! Après tu apprend vite que tu trouveras toujours un endroit où dormir ! surtout quand tu as une tente avec toi !). Apprendre à gérer l’inconnu et l’imprévu, quand tu ne sais pas ce que tu vas faire le lendemain (pour moi qui aime bien tout planifier il a fallu apprendre à lâcher prise !)

Des moments de peur ?

-Maureen : non pas vraiment de peur, quelques angoisses quand tu rencontres des gens un peu « bizarres » mais globalement on a bien géré ! Sauf un plan air Bnb à Valparaiso (genre repaire de junkie qu’on avait loué pour 6 nuits ! Nous sommes partis après la 1ère nuit ! Vincent en a gardé des crampes à l’avant-bras pendant quelques jours (la faute au couteau suisse qu’il a gardé serré dans la main toute la nuit après qu’un individu non identifié ai tenté de pénétrer en force dans notre chambre !). Et oui il y a eu dans l’appart une soirée organisée à minuit, musique techno à fond et personnes entrant et sortant à volonté ! Nous avons déguerpis dès le lendemain matin avec nos cernes et nos crampes!!!

-Vincent : Globalement on a été en sécurité, à certains moments il faut faire attention, mais nous n’avons pas été embêtés. Le seul vraiment moment de peur sérieuse pour moi a été en montagne, sous l’orage en Bolivie, là je me suis dit qu’on était quand même pas au top !

Le fait de savoir où on va n’est il pas une contrainte? (Smart Thomas!)

-Vincent : En pensant le voyage, un de nos buts était sûrement de se diminuer au maximum les contraintes temporelles et physiques, donc pas de dates réellement prévues pour des billets d’avions, et on avait fait une to do list seulement ! Globalement on a suivi le programme, mais ça c’est fait tout naturellement ! Au début on va trop vite, puis on a pris notre rythme, et il faut savoir se poser, on a pas hésité à rester quelques jours quand l’ambiance nous plaisait, mais pas encore eu d’envie de rester plus…

-Maureen : pas vraiment, car oui nous avons un itinéraire, mais très modifiable, du coup on a zappé certaines villes que l’on voulait faire, ou certains endroits « à faire », car nous étions bien ailleurs (exemple : une semaine de camping détente à Horcón au Chili à dormir, manger des ceviches, aller à la plage et re-manger du poisson frais le soir  ! Car nous devions attendre notre CB, au final l’imprévu s’est plutôt très bien passé et nous avons zappé un bout de route du Chili).

Un petit moment de solitude genre »oh trop la honte »!! ?

  • Vincent : Quand tu mets une machine à laver en route dans une auberge de jeunesse, que ça se met à mousser partout, que tu casses le bouton on/off en voulant arrêter et que tu te rends compte qu’il y avait un panneau « ne pas faire de machine » au dessus !
  • Maureen : quand tu pars en trek pour 3 jours et 54km, avec pour majeure partie de l’alimentation des pâtes, que ton mari a le réchaud dans son sac et que toi tu te rends compte au 1er kilomètre que tu as oublié la casserole à l’auberge !!! #jemesuissentietrèscon !!!  ou alors … : Quand tu as une fulgurance (à cause d’un mauvais completo chilien -mentionné ci-après!- ) et que tu as un besoin très très urgent d’aller aux toilettes, dans une auberge à salle de bain partagée, que la dite salle de bain est occupée et que tu trépignes dans le couloir ! J’ai cru mourir ! J’ai fait tous les étages de l’auberge pour au final trouver des toilettes en sous sol , je n’ai jamais autant apprécier les toilettes chiliennes !!! #jemesuissentietrèsseule !!

Avez vous goûté des spécialités locales?

  • Vincent : Un maximum, un des meilleurs souvenir sera la langouste aux Galapagos, un des pires le completo chilien!
  • Maureen  : ah le fameux completo (sorte de « hot dog » avec guacamole et sauce blanche de type inconnue!) inutile de vous rappeler l’effet qu’il a eu sur mon transit !!! Du coup oui je peux dire que c’est la pire niveau effet intestinal ! Sinon niveau goût je dirais la peau de porc dans la soupe « locro » en Equateur !!! Brrrrrrr !!! Le meilleur : désolé il y en a plusieurs !!!! Ceviches, asado boeuf argentin, Lomo saltado en Bolivie, et les différentes soupes… (sans oublier les fruits frais du marché!)

Bières préférées?

  • Vincent :  la Endemica des Galapagos et la Guyacan du Chili
  • Maureen  : La même que Vincent

Vins?

-Vincent :  les carménères chiliens, à part les argentins et chiliens c’est quand même pas le continent du vin !

-Maureen :  les vins bourguignons m’ont manqués ! Mais bon un petit malbec a fait l’affaire !

Alcools?

-Vincent :  le pisco ! Après il y a plein de bons rhums et les cocktails sont excellents !

-Maureen  : le « pisco sour » pardi !! (pisco, citron vert et blanc d’oeuf) !!!!

-Les petits soucis de santé, et la séance scatologique !!

Qui a eu le plus le mal de mer?

  • Vincent : Moi sans hésiter aux Galapagos, la petite larme à l’oeil post-vomi quand tu tiens ton petit sac à vomi (pendant 1h30!!) rempli dans le bateau… ça restera un grand moment!

Le plus malade?

-Vincent : la diarrhée du Chili pendant 10 jours! (toujours ce post-completo !!)

-Maureen : la diarrhée du trek choquequirao ou comment s’arrêter 7 fois sur le trajet du 1er jour à cause d’un ceviche pas frais !!! Je vous épargnerais les détails !!!

Est ce que Tonton fait caca mou?

-Vincent : moins qu’avant !

Et comment il fait dans la nature?

-Vincent :  Pas de problème ! Rien de plus agréable que de faire sa petite affaire face au Huyana Potosi a 4800m! Même si un lama est pas loin de te renifler…

ça fait quoi d’avoir une condition physique?

-Vincent : Du bien! Le stress du boulot en moins, du temps, de la marche, des kilos en moins…Le corps le ressent…

-Maureen : j’avais déjà une petite condition physique ! Mais en course à pied ! Et du coup ce n’est pas du tout le même effort à la marche, j’ai été très agréablement surprise de prendre du plaisir à marcher et surtout à ressentir la marche comme un effort physique ! Et puis de pouvoir profiter de tous ces magnifiques paysages en treks ce n’était que du bonheur !

-Les chiens ! Avez-vous vu des goldens, des teckels et autres….?

-Vincent : il y a tous les chiens que tu veux ici! C’est d’ailleurs un gros problème… il y en a beaucoup trop, ils se déplacent souvent en horde, et leurs vies ne doivent pas être faciles… (souvent abandonnés). Et ça me fait toujours la même chose quand il viennent se frotter…(#mumucestpourtoicellelà !!!)

-Le rugby et sports

-Vincent : On a vu du rugby seulement en Argentine, sinon le dieu Football est roi partout en Amérique latine, en Equateur ils ont inventé L’ecua-volley, une sorte de volley-ball à 3 qui est très populaire!

 

@thomas Pelliard : félicitation à toi futur collègue, pour la Porsche je ne sais pas par contre tu pourras te payer un beau tour du monde en étant kiné 😜😜!!

Une conclusion?

-Maureen : une belle claque pour commencer notre voyage ! Les paysages, la grandeur de la nature, le sentiment d’être parfois seuls au monde…nous avons plongés dans un succulent dépaysement et nous savons que nous reviendrons en terre andine pour enrichir notre connaissance de l’Amérique Latine …

-Vincent : L’Amerique du Sud c’est vraiment top! Tant niveau paysages que rencontres et dépaysements! Une petite bande son! Avec Ska-P et le titre America Latina Libre !

On vous embrasse tous et à très vite auprès des Québécois !

🌈 Maureen et Vincent 🌈

🙏 America Latina, ¡en nuestros corazòn! 🙏

Publicités