Changement d’hémisphère, nous voilà en Amérique du Nord, à Montréal en particulier.

L’arrivée au Canada fut un peu plus complexe que prévue, à cause de formalités douanières et de protocoles sécuritaires qui diffèrent beaucoup d’un pays à un autre. Triste joie que nous dépensions autant d’énergie à créer des lois afin d’entraver notre mobilité !

Bref, les grands espaces, les lacs et les forêts québécoises nous tendent maintenant les bras ! Mais il nous faut pour cela trouver notre nouvelle maison qui nous accompagnera pendant ces quelques mois dans le nord du continent américain !

Nous arpentons donc Montréal et sa banlieue en vue de trouver notre van, notre home sweat home ! Et une semaine plus tard c’est chose faite ! Nous achetons donc une magnifique fourgonnette GMC déjà âgée de 17 ans et ayant un petit paquet de kilomètres d’asphalte au compteur !

Autant les formalités administratives d’arrivée auront été compliquées, autant l’immatriculation d’un véhicule aura été simple ! Pourtant à l’arrivée à la SAAQ (l’équivalent de la préfecture), la gentille fonctionnaire nous prévient : « Aïe vous êtes français, je suis désolée ça va prendre un peu plus de temps, j’en ai bien pour 15 minutes ! » Et donc 15 minutes plus tard nous voilà ressortis avec la plaque et la carte grise ! La simplicité administrative peut donc exister !

Pendant ces quelques jours à Montréal, nous avons pu bénéficier de son dynamisme culturel, en effet nous y étions en plein déroulement du Festival de Jazz de la ville, avec plusieurs concerts dont une bonne partie gratuits, en plein centre ville.

Nous ne sommes pas seulement au pays où les pare-buffles des pick-up vous arrivent à l’épaule ! Et nous comprendrons vite que la vie estivale québécoise est riche en festivals musicaux en tout genre !

Nous prenons ensuite la direction de la ville de Québec, où un autre festival débute, pendant 10 jours la musique résonne partout dans cette jolie cité à l’architecture aux accents français. Citadelle, remparts et petites venelles escarpées font le charme de la ville.

Entre deux têtes d’affiches nous allons découvrir l’arrière pays, notamment le Lac Saint-Jean, immense et bleu intense, baigné par des forêts de conifères verdoyants. En plus la région excelle dans la culture des bleuets, fraises et framboises dont nous nous nourrirons avec plaisir! Quelques nuits sympathiques en bordure du lac et nous voilà en train de redescendre le long de la rivière Saguenay, délivrant des fjords impressionnants de puissances naturelles.

Nous ferons aussi connaissance de leurs insectes, puisque les maringouins (moustiques en québécois), mouches noires et autres mouches à chevreuil, très connus dans la région, se délecteront à plusieurs reprise de notre sang de petit européen ! Et croyez nous ça gratte plus fort qu’en Amérique du Sud !

Quelques kilomètres plus tard, nous revoilà sur les berges du Saint-Laurent, à Tadoussac où nous passerons deux jours fort agréables, la maison installée dans les dunes au pied du fleuve. Nous tenterons d’apercevoir quelques baleines ou des bélugas remontant de  l’océan, mais nous ferons choux blanc, nous verrons quand même un rorqual pendant notre traversée du fleuve !

Nous reviendrons sur Quebec city en fin de semaine pour profiter à nouveau du festival et de la gentillesse des québécois, même si on rigole vite à l’ouïe de leur accent et de leurs expressions. Par exemple, c’est la première fois qu’à la fouille de l’entrée d’un concert, la jeune femme chargée de la sécurité me demande de me décalotter ! Je lui aurai bien répondu que nous ne sommes pas encore assez intime pour cela !!! Mais elle voulait, en fait, juste que j’enlève mon chapeau (la calotte)! Toutes les rencontres que nous avons pu faire nous offrent une belle leçon de courtoisie et de politesse. Calmes et attentionnés, les québécois nous régalent par leur sens de l’accueil, même si, il est parfois surprenant d’avoir plus de facilité à comprendre un bolivien que quelqu’un qui parle votre langue !

Nous allons maintenant continuer notre road-trip de l’autre côté du Saint-Laurent, en route vers Rimouski et des retrouvailles amicales, pour ensuite aller découvrir la Gaspésie. On nous a prévenus, l’accent des habitants y est costaud ! « Tabarnacle » qu’est ce que ça va être !

Une bonne petite chanson de road-trip, avec le titre « got to be better in a little while » de Derek and the Dominos, un bon son des années 70 qui s’écoute fort dans le camion, groupe où un certain Eric Clapton débutait à la guitare…

Nous vous embrassons tous!

🌈 Maureen et Vincent 🌈

🙏 Je me souviens 🙏

Publicités