Nous avons la chance d’avoir de la famille et des amis qui nous rejoignent pour un bout de route, un pays, quelques découvertes …

Cette fois-ci c’est donc à travers la plume de notre complice Bérangère, que nous allons vous faire vivre nos aventures dans l’ ouest américain ! Merci à toi pour ta venue, et ces quelques jours fort sympathiques !

 

« Il est 4 heures du matin quand nous quittons notre hôtesse à Chicaco pour rejoindre l’aéroport O’Hare et découvrir les Grands Parcs. Direction Salt Lake City, Utah – celle ville qui compte avec son agglomération 85% de la population de l’Etat et qui est le centre de l’Eglise de Jésus-Christ des saints des derniers jours, autrement appelée Eglise Mormone. Ce sont bien en effet les Mormons qui l’ont fondée au 19ème siècle.

Nous ne verrons Salt Lake City que du ciel, car il nous tarde de louer le véhicule qui nous mènera durant 2 semaines découvrir ce que chacun de nous a déjà vu en photos ou dans les grands westerns Américains ou Italiens : les Grands Parcs de l’Ouest Américain.

Il nous aura fallu quelques heures pour trouver notre voiture mais nous y sommes et l’aventure commence. Avec 15 degrés de plus qu’à Chicago.

Nous suivons le conseil d’un chauffeur de taxi et partons en direction de Moab.

La route est agréable et nous croisons d’immenses caravanes et camping cars, car c’est Labour Day aux US – et tous les Américains partent en weekend pour camper.

Nous faisons un stop Burger à Helper – il n’y a rien à Helper, Utah, sauf un musée qui rend hommage aux ouvriers de la mine du 18ème siècle. Une ville fascinante, où l’on se demande de quoi ses habitants vivent et ce qu’il s’y passe…

Nous arrivons finalement à Moab dans l’après-midi après 235 miles, ville qui nous a été décrite comme la ville la plus extraordinaire de l’Utah. Une sorte de choc culturel quand nous découvrons une ville essentiellement composée d’hotels, de restaurants et de fast foods. C’est donc cela l’ “Extraordinaire” à l’Américaine ! 🙂 L’occasion d’avoir notre première expérience des diners… comme dans la série Happy Days !

Néanmoins, difficile de ne pas succomber aux paysages qui l’entourent.

Arches National Park est donc le premier parc que nous visitons. Il constitue la plus grande concentration d’arches naturelles au monde, des formations géologiques impressionnantes et semblant parfois donner naissance à des personnages, des animaux !… Ce premier contact avec cette Nature grandiose nous étourdit : les couleurs sont denses et puissantes – et nous nous sentons tous petits.

Nous y passons la journée avant de partir pour Monticello, qui nous rapprochera de l’étape suivante : Monument Valley.

A Monticello, nous séjournons dans un motel typiquement américain – ce qui nous met en joie tous les 3 – car c’est aussi ça l’Amérique !

92 miles le lendemain et c’est le fantastique Monument Valley qui apparait. Vincent met Ennio Morricone à la radio et nous voilà dans “Il était une fois dans l’Ouest” de Sergio Leone. Ce lieu est magique et semble habité des esprits de la tribu Indienne des Navajos – dont les descendants habitent encore les lieux (une réserve).

Les couleurs et les contrastes entre le ciel et la roche sont exceptionnels, la chaleur est étouffante et nous avons la chance d’y être hors saison – ce qui nous permet de profiter pleinement de l’endroit sans se sentir agressés par les touristes. Nous y passons des heures, à admirer ces formes toutes aussi singulières les unes que les autres, à se ressourcer dans cet endroit si paisibles, essayant d’imaginer les épisodes probablement violents qu’il a du accueillir entre Indiens et colons.

Quelques heures plus tard, c’est à Page que nous nous arrêtons pour la Nuit.

Prochaine étape : Horseshoe Bend et le Lake Powell, pour une journée détente, pique-nique et “plage”. Horseshoe Bend, nom en référence au fer à cheval, est un méandre du fleuve Colorado, étonnant par ses couleurs vives, mélange de vert, de bleu et d’ocre. il fait très chaud ce jour là et nous décidons d’aller déjeuner au bord du Lake Powell puis de s’y baigner (au final seuls Vincent et Maureen s’y baigneront). Long de près de 300 KM ce lac artificiel est le spot de prédilection pour des vacances en famille : camping, pêche, bateau, activités nautiques, etc.

Nous partons le jour d’après découvrir le Parc Zion, LE parc des amateurs de randonnée et de nature. Là aussi, les couleurs s’entre-mêlent : orange, vert… et nous croisons une multitude d’animaux,notamment des écureuils, des biches…

Une magnifique journée qui se termine chez Dixie, la propriétaire du Motel d’Orderville, où nous passerons 2 nuits.

Orderville, Utah est une ville fantôme – très peu d’habitants et personne dehors. Une ville Mormone avec tous les clichés que l’on peut imaginer, et la Bible dans la chambre du motel.

Cedar Breaks est notre stop du lendemain – un canyon monumental composé essentiellement d’un amphithéâtre avec différents point de vue, à plus de 3000 mètres d’altitude – qui nous a fait apprécier nos gilets (amplitude de 20 degrés par rapport à la veille).

Cedar Breaks nous donne un avant-gout de Bryce Canyon, que nous avons prévu de découvrir le lendemain.

Cedar1
Cedar Breaks

Bryce Canyon c’est le deuxième coup de coeur, avec Monument Valley, de ce roadtrip. Bryce Canyon, c’est une somme infinie de hoodoos, nom donné aux grandes colonnes de roche formées par l’érosion, et qui s’étendent sur des km. Là aussi, les couleurs sont à couper le souffle : le bleu intense du ciel, les nuances oranges et rouges de la roche… tout est merveilleux.

Bryce Canyon est décidément à la hauteur de sa réputation.

Nous passerons la nuit cette fois à Mont Carmel, au milieu de nulle part, après avoir croisé des bisons mais surtout une quantité incroyable de biches qui ne cessent de traverser la route quand la nuit tombe… c’est donc très prudemment que Vincent nous conduit jusqu’au Motel de Mont Carmel, à 100 miles de notre prochain arrêt, qui nous fera changer d’Etat et entrer en Arizona.

Grand Canyon North Rim, ce sera notre dernier Grand Parc. Et quel parc ! Nous le découvrons depuis la Rive Nord, très différente de la Rive Sud. Ici iles températures sont clémentes, nous y trouvons de la verdure, des arbres… et les touristes sont assez peu présents de ce côté du Parc.

Le canyon est à perte de vue, et nous ne nous lassons pas d’admirer cette immensité.

C’est avec encore avec des étoiles plein les yeux que nous reprenons notre voiture pour changer encore une fois d’état et d’heure et rejoindre le Nevada, dernier de ce périple tous les 3.

Nous arrivons du côté de Las Vegas et, déjà nostalgiques des grands espaces, décidons de bifurquer vers la Valley of fire, dans le désert des mojaves, avant de nous laisser envahir par l’atmosphère déjantée de Sin City.

Il fait 40 degrés quand nous y allons – là aussi c’est le grès rouge flamboyant et les formations rocheuses spectaculaires qui nous régalent…

Finalement c’est avec excitation et une pointe de mélancolie que nous rejoignons le Strip de Las Vegas. Changement de décor : là c’est le monde merveilleux du capitalisme qui règne. Le jeu, le vice, l’alcool et les quantités incroyables de nourriture en tous genres… tout y est. 90% des visiteurs sont américains. Et pour certains, ce séjour peut changer leur vie, tel est l’espoir des joueurs qui restent des heures devant leur machine à sous à attendre le jackpot.

Nous aurons beaucoup marché à Las Vegas, beaucoup mangé et un peu joué. Juste de quoi espérer et rêver … que pour nous aussi la sonnette de la cagnotte se mette à retentir!

C’est donc à Las Vegas, après 1500 miles, que s’est achevé ce roadtrip.

Une traversée de l’Ouest américain, riche de ses paysages uniques, de ses habitants fantasques, de ses étonnants contrastes, saisissant par une culture américaine exacerbée et parfois inquiétante tellement elle peut être conservatrice et renfermée sur elle-même.

On apprend beaucoup dans cette partie des US. Et notamment on comprend pourquoi Donald a fini à Washington… »

Merci Bérangère pour tes mots! Nous rajouterons juste la petite bande son, très américaine encore, folk, lyrique et un brin désespérée de Jack Broadbent, et son fabuleux live au Grand Canyon avec le titre « Too Late ».

Nous vous embrassons,

🌈 Maureen et Vincent 🌈

🙏 Take a walk on the wild side 🙏

Publicités