Après notre belle petite virée avec Bérangère dans les états de l’Utah, de l’Arizona, et du Nevada, nous continuons notre road-trip nord américain par le mythique état de Californie.

Souvent synonyme d’eldorado, où le rêve américain peut devenir réalité, cet état nous a surpris plus que prévu !

En effet nous avons décidé de le visiter par son côté nature, il nous réserve encore quelques parcs grandioses aux réputations bien méritées. Nous n’avons donc pas visité la californie urbaine (aux noms enchanteurs : Los Angeles, San Diego, Hollywood, Santa Barbara… ), nous avons juste effleuré cette partie par San Francisco, qui fera l’objet d’une belle étape !

C’est donc parti pour deux nouvelles semaines sur les routes, à avaler des miles d’asphalte brûlé par le soleil, puisque nous entamons la frontière de l’état par la fameuse vallée de la mort!

Le nom est si bien choisi, car la traversée de ce désert est toujours périlleux de nos jours (simplement par les températures qui sont définitivement élevées !). Nous sommes en octobre et nous subirons pas loin de 50 degrés! Cela peut paraître fou mais il y a encore chaque année à l’heure actuelle quelques personnes qui décèdent, en général à cause d’une panne d’essence, la couverture téléphonique n’étant pas présente partout dans cet immense désert, des visiteurs se retrouvent alors piégés, la chaleur s’occupe rapidement du reste…

Le paysage est lui complètement lunaire, rien ne pousse, du sable, des dunes aux formes surprenantes créées par le vent et l’érosion.

Après une nuit dans un motel digne des meilleurs clichés de films d’horreur, nous reprenons notre route pour changer radicalement de décor et filer en direction du parc national des séquoias géants ! Quel choc, en quelques centaines de kilomètres nous reprenons de l’altitude, et le décor naturel change subitement, sans crier gare, nous nous retrouvons entouré d’arbre millénaire dont l’élégance semble faire partie de leur essence !

Ces arbres sont juste incroyables, en quelques chiffres pour vous donner leurs démesures :

  • 100 mètres de haut pour certains !
  • 17 mètres de diamètre pour le plus grand !
  • 3200 ans pour le doyen !

Décidément nos découvertes de la nature sont toujours aussi diversifiées et nous poussent toujours à nous dire que l’humilité est une grande vertue, et que même si nos neurones nous donnent une conscience, nous ne pourrons vivre sans la nature, nous ne lui survivrons pas à l’échelle de nos vies, et sa force nous dépassera toujours …

La vallée des séquoias se termine doucement et nous continuons dans ces paysages verts, entrecoupés de blocs de granit imposants et nous arriverons bientôt au parc Yosemite.

À l’instar de Bryce et de Grand Canyon, c’est l’un des parcs les plus visités des États-Unis, son paysage y est pourtant radicalement différent, Yosemite est surtout composé d’une grande vallée verte, de cascades, et de blocs de granit de plusieurs centaines de mètres de haut.

Le plus connu est celui de « El Captain » qui fut grimpé pour la première fois sans aucune corde par Alex Honnold quelques semaines avant notre venue ! Quelques jours après notre venue, un bloc de la taille d’un petit immeuble se détachera de cette même paroi, faisant trois morts parmi les randonneurs. Comme quoi le rythme et le timing peuvent devenir nécessaire à la vie !

Yosemite est vraiment un parc surprenant, nous y passerons deux nuits sous la tente, et après les 50 degrés de la « Death Valley » nous nous réveillerons congelés et sous la neige avec quelques degrés de température négative !

Yosemite nous aura aussi offert une autre rencontre extraordinaire avec la nature, lorsque nous croiserons un ours brun, tranquille, au détour d’une randonnée, la peur fut plus de notre côté que du sien et nous a permis de vérifier que nous savions encore marcher vite !

Nous décidons ensuite de quitter le froid pour aller trouver du vent lors de la visite de San Franscico, ville très agréable, calme, culturelle et originale, avec certaines visions cinématographiques au détours de ces rues pendues et de ses maisons en bois !

Le retour vers Los Angeles sera lui aussi fort agréable, le road trip reprendra de nouveau tout son sens lors de la descente de la route 101, qui longe l’océan pacifique dévoilant une côte magnifique aux accents andalous, malgré une tonalité bien américaine avec les fronts de mers et cabanes de sauveteurs le long des plages …

La Californie nous a offert encore de beaux moments, aussi enivrants de part sa nature incroyable que déroutants par son côté humain, si américain, si oscillant…

Après trois bons mois en Amérique du Nord il est temps pour nous de continuer, le monde tourne, l’Asie nous appelle de vive voix …

Alors juste avant de partir, on s’écoute un bon gros rock californien jusqu’au bout des ongles, avec « I just wanna be in LA » des Eagles Of Death Metal.

Nous vous embrassons

🌈 Maureen et Vincent 🌈

🙏 Have fun 🙏

Publicités