Nous revoilà en marche !

Sac à dos en place, direction Hanoï ! Bienvenue au pays où le scooter est roi, et où on espère garder ses fémurs en un seul morceau à chaque fois que l’on traverse une rue !
À peine arrivés dans la capitale politique du pays, nous replongeons dans l’ambiance asiatique que nous affectionnons tant ! Comment la décrire … le premier mot qui nous vient à l’esprit est « le bordel asiatique » ! N’y voyez rien de péjoratif mais Hanoï est, à l’instar de beaucoup de grandes villes d’Asie du sud est, une fourmilière géante où les humains grouillent dans tous les sens pour vivre leur petite vie.


Le scooter est « LE » moyen de transport par excellence ! Et il remplit beaucoup de fonctions, servant aussi bien de berline familiale (jusqu’à une famille de 5 personnes, la norme étant souvent de 4 !) que de véhicule utilitaire permettant de transporter des quantités phénoménales de matériels ou de denrées nous amenant même à croire que la gravité possède une cinétique différente de ce côté du globe !
Le trafic et les règles de circulation relèvent donc d’une douce anarchie et de la capacité du pilote à dessiner des courbes avec le scooter, les quelques trottoirs existant servent de parking et de terrasses de restaurants pour les innombrables bouis-bouis servant l’excellente nourriture vietnamienne !
Mais comme toujours en Asie tout se fait, avec douceur et sourire, et une fois la technique pour traverser la rue acquise ( ne pas reculer et zigzaguer entre les véhicules) nous découvrons la ville principalement à pied !


Pas de grand charme architectural ici, hormis quelques temples et pagodes ( celui de Confucius et celle des voyageurs nous aurons ravi-e-s), mais une ambiance et une gastronomie qui vous donnent le sourire !
En effet qu’est-ce que l’on mange bien au Vietnam ! Soupes, nouilles de riz, nems, rouleaux de printemps, gingembre , citronnelle, coriandre… Les plats sont toujours d’un assaisonnement juste et fin, une avalanche de saveurs à chaque bouchées, même si l’on peut se demander à juste titre ce que l’on mange !
Pour être honnête la cuisine vietnamienne a aussi des limites que nous aurons du mal à franchir, on mange quasiment tout sur tout, et dans des versions où nos affectifs et sensibilités européennes ont du mal à nous amener ; en effet la tortue, le chien, la chèvre, le cobra, le crocodile sont aussi souvent à la carte ! Les eaux-de-vie locales où les fœtus de chèvre et de serpent décantent ne nous aurons pas non plus laissé-e-s indifférent-e-s !

Après cette prise de température direction l’île de Cat-ba pour aller découvrir un des sites incontournables du pays : la fameuse baie d’Halong!
L’ambiance est particulière puisque nous arrivons pendant les congés du Têt, le nouvel an lunaire qui est une des périodes les plus importantes de l’année ici ! Les gens ont le sourire, vous parlent, vous souhaitent une bonne année, vous prennent en photos et nous ne boudons pas notre plaisir à partager ces moments de bonheur simple avec les vietnamiens ! Les festivités quant à elles seront à leur paroxysme le soir du nouvel an, avec des danses traditionnelles, des défilés de dragons en tout genre et bien sûr des feux d’artifices hors normes ! N’oublions pas que les asiatiques ont dompté la poudre il y a bien longtemps pour faire des lumières dans le ciel, et que d’autres auront l’idée de s’en servir pour les canons…

New-Year

La baie d’Halong mérite sa réputation, le site est grandiose, des pains de sucres tantôt rocheux, tantôt verts de végétations  émergent par centaines de la mer, créant des perspectives et des reflets poussant encore une fois à la contemplation !

Après le réveillon et l’exploration à scooter des merveilleux paysage de Cat-ba, nous prenons la direction de la province de Ninh Binh, pour découvrir ce que les vietnamiens appellent la baie d’Halong terrestre.
Les paysages sont tout aussi grandioses, les îlots karstiques sont ici profilés autour des multiples rivières et rizières qui les entourent ! Image d’Épinal de paysage asiatique, et assurément une petite merveille de la nature !


Nous profiterons aussi de la région avec une journée de road-trip scooter pour découvrir les temples et pagodes des alentours. Nous ferons quelques rencontres sympathiques, notamment avec Maé Huong, une petite fille de neuf ans qui se proposera d’être notre guide lors de la visite d’une des plus grandes pagodes d’Asie. Cette petite est incroyable, elle veut juste pratiquer son anglais et son espagnol afin de pouvoir devenir plus tard guide touristique. Avec son grand sourire elle nous comptera avec brio les anecdotes de la pagode, et nous en dira plus sur ses conditions de vie, bien moins confortables que chez nous. Elle vit avec sa mère qui travaille dans les rizières, dans une micro maison de 9 mètres carrés, une pièce commune, un lit, un rideau délimitant un espace toilette, un petit réchaud faisant office de cuisine, et surtout un I-pad, lui permettant grâce à internet d’apprendre une somme folle de choses et surtout les langues. L’école est ici obligatoire, en théorie, puisqu’elle est payante et qu’il faut donc pouvoir payer ( sensation amère pour une « république socialiste » dont la devise est « bonheur liberté et indépendance », et dur choc d’une réalité économique). Sa mère s’use donc la colonne vertébrale sans relâche dans ce travail dur du riz, pour lui offrir une vie plus confortable, et nous sommes sûr-e-s qu’elle y arrivera car sa volonté et son abnégation semblent ne pas avoir de limites !

C’est donc avec le sourire, rempli-e-s d’espoir et de philosophie asiatique que nous poursuivons notre voyage dans ce si beau pays en direction du Sud …

Nous vous embrassons…

🌈 Maureen et Vincent🌈
🙏 Chuc Mung Nam Moi 🙏
Bonne année du chien de terre !
« Le plus grand voyageur est celui qui a su faire une fois le tour de lui-même «
Confucius

Publicités