Départ de Saïgon, direction la capitale du voisin cambodgien Phnom Penh ! Après quelques heures de bus, un passage de frontière où la corruption règne pour quelques dollars, nous y arriverons ! En effet les frontières asiatiques ressemblent parfois plus à une attraction qu’à un véritable contrôle de personnes arrivant dans le pays. Il faut dire que le système est bien rôdé, on vous dépose à la frontière quelques minutes avant sa fermeture, et sans passer par un intermédiaire ou sans allonger quelques dollars de plus pour avoir un visa rapidement on se retrouve vite bloqué au milieu de nulle part! Cela peut paraître choquant, cela en énerve plus d’un, mais dans des pays à l’économie légère, et sans réelle démocratie on peut dire que cela fait parti du jeu… On ne voyage pas en Asie comme en Europe ! Cela ne veut pas dire que l’on trouve cela bien ou normal, cela nous aide juste à prendre conscience que nos réalités sont loin d’être les mêmes partout dans le monde!

Nous voilà arrivé-e-s tardivement dans la capitale cambodgienne, et on a faim ! On s’arrête donc dans le premier boui-boui que l’on trouve … pour le coup la carte nous surprend par des plats … comment dire : atypiques !… Utérus de porc, intestins de chèvre grillés accompagnés de son penis, café au sang de cobra… !! nous nous sommes donc rabattu-e-s sur le classique riz et la soupe aux nouilles!

Le lendemain matin nous débuterons notre visite par le musée du génocide Khmer Rouge, il se situe dans le centre S 21, un ancien collège qui fut transformé en 1975 par le régime marxiste en centre d’interrogatoire et de torture. Après la visite du musée de la guerre du Vietnam, cette autre visite vous glace le sang par les horreurs qui s’y sont produites, 20 000 personnes y ont été torturées, et 14 ont survécues.  Retour puissant sur cette période de l’histoire où Pol Pot et ses sbires ont assassiné 2 millions de personnes en 4 ans, soit 15/100 de la population cambodgienne. L’histoire est, là aussi, complexe et tumultueuse. La violence du régime marxiste de Pol Pot est à peine concevable si l’on possède un brin d’humanité. Pol Pot a été formé en France par le PCF, dans ses branches les plus extrêmes. A son retour il installera un régime basé sur la réforme agraire et l’interdiction de toute forme de pensée intellectuelle pour créer un nouveau Cambodge. Heureusement et évidemment il échouera, mais que le prix à payer fut lourd pour le peuple.

Il est d’ailleurs troublant de voir comment la France, le pays des droits de l’Homme et des peuples à disposer d’eux même, (et qui n’a pu s’empêcher de coloniser ou d’asservir une bonne partie de l’Afrique et de L’Asie) a en même temps formé des révolutionnaires libérateurs. C’est vrai pour Simon Bolivar en Amérique du Sud , Ho Chi Minh au Vietnam, et Pol Pot au Cambodge. Un poil paradoxal non ? Un pays qui colonise mais qui formera par l’esprit des lumières des personnes qui veulent ensuite à tout prix se libérer de l’envahisseur! Malheureusement avec des résultats assez fluctuants sur la démocratie…

Phnom Penh reste une ville agréable, une vie moins agitée qu’à Saïgon, bordée par le Mékong, avec de jolis temples et un beau palais présidentiel.

Nous prendrons ensuite la route du Sud, direction la mer et les cités de Kep et Kampot. Ce sont des petites stations balnéaires, agréables sous la chaleur. La mer est chaude et les plages fort sympathiques. La région est connue pour sa production de poivre car le climat y est propice. Et les locaux savent mélanger à merveille cette épice avec les fruits de mer, notamment le crabe et les calamars qui abondent dans la région! Juste un délice!

Après ces quelques jours, nous remonteront vers Siem Reap, la ville limitrophe avec les temples d’Angkor.

Nous prendrons le temps de nous imprégner de la culture pour pouvoir visiter tout le site qui est immense. Imaginez une succession de temples imposants construits entre le Xème et le XIV ème siècle, au moment où les khmers rayonnaient sur une bonne partie de la péninsule indochinoise. Ces temples sont dédiés aux dieux de la trilogie Hindouiste que sont Brahma ( le dieu créateur) , Vishnou ( dieu protecteur) et Shiva ( dieu destructeur mais mobilisant l’énergie).  Sans oublier bien sûr les temples dédiés à Bouddha. Il faut prendre le temps de comprendre un peu la complexe théologie asiatique car sinon on est vite perdu tellement les symboles diffèrent de ce que nous connaissons dans l’Europe judéo-chrétienne! Mais il y a aussi beaucoup de ressemblances avec ce que nous avions vu chez les Incas, comme la trilogie créatrice, l’alignement des temples aux points cardinaux…

Mais comment ne pas être ému-e-s à la vision de toutes ces sculptures ( notamment les Apsaras : déesses des arts) et de tous ces bas reliefs taillés dans la pierre il y a quasiment un millénaire !

Le site est évidemment très touristique, mais l’harmonie qui se dégage vous amène à être juste dans le moment présent, et vous fait vite oublier les autres!

Le Cambodge nous aura régalé ! Tant par sa beauté et sa culture que par la gentillesse et les sourires de ses habitants!

Prochaine étape le Laos 🇱🇦 !

Nous vous embrassons .

🌈 Maureen et Vincent🌈

🙏 Baratage de la mer de lait🙏

Publicités